Une commune vote une baisse de 10% des impôts locaux

La Rédaction

Sujets relatifs :

Le conseil municipal de Châtillon-sur-Seine, commune de Côte-d'Or comptant 6.000 habitants, devait voter mercredi soir une baisse de 10% de ses impôts locaux, a indiqué le maire, qui vante sa gestion rigoureuse en période de crise "où tout le monde augmente" les taxes. "Dans un contexte où tout le monde augmente ou ne bouge pas, nous, on va voter la baisse de 10% des quatre taxes locales: la taxe d'habitation, la taxe foncière, la taxe sur le foncier non bâti et la CFE, l'ancienne taxe professionnelle", a déclaré Hubert Brigand, maire sans étiquette de cette commune depuis 1995.
Selon lui, sa "gestion rigoureuse" a permis d'atteindre "un niveau de désendettement de quelques dizaines d'euros par habitant, c'est-à-dire, dix fois moins que dans les autres villes comparables".

Une piscine toute neuve
Citant une piscine "tout neuve", un théâtre rénové et un cinéma réhabilité, l'élu assure que le taux d'imposition en vigueur jusqu'ici a permis "de payer tout cela sans emprunt".
"Maintenant que l'on a tous les équipements, je veux faire bénéficier mes concitoyens du fruit de cette bonne gestion", affirme-t-il.
"J'invite mes collègues maires à venir découvrir ma recette", conclut cet informaticien de 59 ans, également conseiller général de Côte-d'Or, qui est affilié à la majorité UMP-NC.
Dans l'opposition, Christophe Bégin, élu PS, parle d'"un juste retour des choses puisqu'il a racketté le contribuable châtillonnais pendant 15 ans".

Un budget d'avance
"On doit être une des rares villes en France à avoir un budget d'avance. On a dix millions d'euros d'excédent budgétaire", a-t-il ajouté.
"On peut avoir un beau cadeau avec un beau paquet, s'il est vide, ça ne sert à rien", a poursuivi l'élu socialiste pour qui "la ville se meurt" car elle a, notamment, "perdu 2.000 habitants en 15 ans".
"L'opposition réclame cette baisse depuis des années. On est obligé de la voter", a indiqué M. Bégin.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

Sommée d'instaurer de vraies 35h ans ses services, la mairie de Paris doitt faire des contorsions pour ne pas fâcher ses agents. Quitte à fâcher la préfecture. Jusqu'où l'exercice est-il possible ?Comme toute collectivité, Paris...

24/08/2021 |
Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

Infographies

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

La grande peur de la fonctionnalisation

La grande peur de la fonctionnalisation

Plus d'articles