Une destination positive

Nicolas Braemer
Une destination positive

Creative background. Old wooden door, blue color, in the box. Transition to a different climate. The concept of climate change, portal, magic. Copy space.

© AdobeStock

Au lieu de hurler au sacrilège anti-viande, nos responsables politiques feraient mieux de regarder la réalité en face. La trajectoire climatique demande un changement fondamental de nos manière d'être, mais elle peut ne pas être un enfer. Au contraire, les femmes et les hommes de bonne volonté ont tout en main pour en faire une belle trajectoire de société.

La débilité des réactions à l’affaire des cantines de Lyon (pour mémoire, un maire qui décide de retirer temporairement la viande des menus scolaires pour la remplacer par d’autres protéines) en dit long sur le rapport de nos politiques aux questions environnementales.

« Touche pas à ma FNSEA »

Passons sur ce réflexe pavlovien de ministres de l’Agriculture, pour qui toute remise en cause de l’ordre agricole établi est exclue, fut-il le plus nocif pour la santé physique et économique des agriculteurs eux-mêmes. « Touche pas à ma FNSEA » semble être depuis longtemps la seule ligne politique viable en France, tous gouvernements confondus. Quels que soient les sujets, quels que soient les enjeux.

Profiter de ce débat pour se poser la question de la nocivité de nos pratiques sur l’environnement ? Évidemment non

Revenons à la consommation de viande, sujet du moment et sujet pratique, parce qu’il permet d’extrapoler sur la quasi-totalité de ce qui touche aux enjeux climatiques. Profiter de ce débat pour se poser la question de la nocivité de nos pratiques sur l’environnement ? Évidemment non. Essayer de remettre en cause, même lentement, même progressivement, ces pratiques pour inventer de nouveaux modèles de production et de consommation ? Non, non plus. S’interroger sur la maltraitance animale dans l’élevage industriel ? Se poser sincèrement et pragmatiquement la question de la qualité de notre alimentation, de l’égalité devant la malbouffe ou de notre rapport à l’industrie agroalimentaire ? Pas davantage. Le climat et la santé, c’est bien. La polémique, c’est mieux.

Mais surtout, c’est comme ça qu’on continue à parler des échéances climatiques.

Une chance incroyable de changer de modèle de société ?

Une contrainte insurmontable, une difficulté, une obligation, une trajectoire difficile… Dire qu’on a là une chance incroyable de changer de modèle de société ? Ben non. Envisager avec enthousiasme les bénéfices qu’on pourrait tirer d’une nouvelle organisation de nos échanges et de nos vies, pour les rendre plus justes, plus démocratiques, plus sains, plus égaux… ? Ben non. Inventer des nouveaux modèles de production ? Anticiper dès maintenant les emplois de demain, créer un nouveau système de protection sociale, adapté à la robotisation, aux futurs modèles de déplacement et de distribution ? Travailler à se doter d’une fiscalité qui permette à la fois de financer l’énorme effort qui s’impose à nous pour réduire de 60 % nos émissions de gaz à effet de serre en moins de dix ans et de remettre de l’égalité dans nos contributions respectives aux finances publiques ? Visiblement pas possible.

C’est sans doute cette vision qui manque le plus à une grande partie de la classe politique

C’est sans doute cette vision qui manque le plus à une grande partie de la classe politique, tous partis confondus : faire des enjeux écologiques et climatiques une destination positive, savoir les mettre en perspective pour recréer de l’unité, de la dynamique collective, proposer d’emmener les habitantes et les habitants de ce pays vers des horizons nouveaux, saisir l’occasion de ces défis existentiels pour l’humanité pour refaire société quoi…

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

Sommée d'instaurer de vraies 35h ans ses services, la mairie de Paris doitt faire des contorsions pour ne pas fâcher ses agents. Quitte à fâcher la préfecture. Jusqu'où l'exercice est-il possible ?Comme toute collectivité, Paris...

24/08/2021 |
Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

Infographies

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

La grande peur de la fonctionnalisation

La grande peur de la fonctionnalisation

Plus d'articles