abonné

Une préoccupante tendance : la suppression du second degré de juridiction en droit administratif

Emmanuel Legrand
Une préoccupante tendance : la suppression du second degré de juridiction en droit administratif

judge gavel on the brown wooden background

© Ruslan Grumble - adobestock

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

La Lettre du Cadre - édition Abonnés

Les permis de conduire hier, l’éolien aujourd’hui, demain peut-être la fonction publique ? L’abondance du contentieux ne saurait justifier l’élimination progressive des possibilités d’appel.

Pour les habitués on parle de « premier et dernier ressort », soit les situations dans lesquelles les contentieux ne sont pas accessibles à l’appel, mais à la seule procédure de cassation. En droit public français, ceci n’est pas nouveau, notamment et évidemment, du temps où seul le Conseil d’État existait en tant que juridiction de l’ordre administratif.

La garantie d’une bonne justice

Comme souvent, il faut revenir à l’histoire. Ainsi le double degré de juridiction s’est imposé, en France, à la Révolution en réaction à l’Ancien Régime qui[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Aide à la connexion

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 4 76 65 93 78 (du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@territorial.fr

Nous vous recommandons

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Interview

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Immense chantier à ciel ouvert, la rénovation urbaine poursuit sa route pour changer le cadre de vie des habitants des QPV. D’une certaine manière, elle a ouvert le chemin à la sobriété foncière et énergétique, assure Anne-Claire...

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Interview

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Les collectivités repensent les usages du cimetière 

Les collectivités repensent les usages du cimetière

Plus d'articles