Une simulation de retraire erronée engage t-elle la responsabilité de l'administration ?

La Rédaction

Sujets relatifs :

 Un départ en retraite basé sur une simulation erronée de l'administration engage la responsabilité de l'employeur qui doit indemniser l'agent du préjudice subi.

 Une directrice des soins d'un centre hospitalier (CH) avait demandé une étude prospective concernant ses droits à la retraite. Le CH avait établi (en juin 2004) un décompte d'annuités faisant apparaître un total de 152 trimestres à partir du 1° décembre 2005 (décompte actualisé en mars 2005).

La pension de retraite de l'intéressée (qui avait cessé son activité le 1° janvier 2006) n'avait toutefois été liquidée par la CNRACL que sur la base de 146 trimestres, en raison d'une erreur dans le décompte du CH liée à une période d'activité à temps partiel qui avait été prise en compte, par erreur, comme du temps plein.

La juridiction d'appel a constaté que le CH avait procédé à une évaluation inexacte des annuités cumulées par son employée et n'avait pas corrigé l'erreur qu'il avait commise alors qu'il disposait des renseignements pour le faire. La CAA a considéré qu'en fournissant les renseignements erronés à son agent, le CH avait commis une faute de nature à engager sa responsabilité.

L'agent s'étant abstenu de vérifier les données fournies par le CH « à titre indicatif », la CAA n'a retenu la responsabilité de l'administration qu'à hauteur de 80 % du préjudice subi par l'intéressée.

Le CH a été condamné à verser à l'agent la somme de 9000 ¤.

(CAA Nantes - 23 février 2012 - n° 10 NT 02196).

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Les décrets ZAN mettent le feu à la plaine

Les décrets ZAN mettent le feu à la plaine

Si la facture énergétique arrive largement en tête des gros tracas ressentis par les élus en cette rentrée, le zéro artificialisation nette « zlatane » aussi leur moral. La sacro-sainte maîtrise des sols se dérobe sous leurs...

La « Liberté fondamentale » de « vivre dans un environnement respectueux de la santé » : un vieux principe qu’il faudra bien appliquer

La « Liberté fondamentale » de « vivre dans un environnement respectueux de la santé » : un vieux principe qu’il faudra bien appliquer

Olivier Schneider : « l’annonce majeure, c'est le lancement du comité interministériel vélo »

Olivier Schneider : « l’annonce majeure, c'est le lancement du comité interministériel vélo »

Ronan Dantec : "Tout acte d’aménagement et de construction doit être conditionné par le futur du climat"

Ronan Dantec : "Tout acte d’aménagement et de construction doit être conditionné par le futur du climat"

Plus d'articles