Vers des parkings durables

Stéphane Bellanger
Vers des parkings durables

parking_souterrain2

© galam -fotolia

Bien gérer ses parkings, c'est écolo. La politique tarifaire et la multimodalité sont autant d'outils permettant d'agir sur les habitudes de stationnement de la population. À la clé, un meilleure gestion du trafic urbain et des économies d'énergies.
Les politiques tarifaires n'empêchent pas l'accentuation des phénomènes de saturation sur certains parcs en « hypercentre » et à certaines heures. On constate généralement une absence de corrélation directe entre la baisse de la circulation automobile et la fréquentation horaire des parcs de stationnement, globalement stable. C'est le stationnement en voirie qui est le plus affecté par la baisse de la circulation automobile en « hypercentre ».L'usager régulier des parcs de stationnement apparaît peu sensible à la limitation du nombre de places de stationnement en surface qui provient soit temporairement des travaux exécutés sur la voirie, soit définitivement de la transformation de places (accès pompiers, motos, vélos, autolib, tramway, bus...). L'analyse de la fréquentation horaire sur une longue période montre un accroissement de la fréquentation horaire des parcs déjà saturés, ce qui démontre que la politique tarifaire pratiquée n'a pas suffi à infléchir les comportements. Les principales baisses de la fréquentation sont régulièrement dues à des facteurs exogènes au prix (modification des zones de chalandise, impacts conjoncturels de la baisse des spectacles ou des congrès en période de crise).Par ailleurs, on observe également des parcs connaissant une situation chronique de saturation à certaines heures de la journée (la saturation est fréquente en semaine entre 11h et 16h dans les quartiers d'affaires) ou durant certaines périodes (congrès, spectacles, loisirs). Pour certains d'entre eux, cette situation reflète une pénurie de places en surface, pour d'autres, leur fréquentation est liée aux activités d'affaires.Enfin, l'absence de généralisation des lecteurs de plaques minéralogiques ne permet pas d'identifier l'origine géographique des usagers horaires.

Un faible infléchissement des comportements

Les remises octroyées aux véhicules propres ont peu d'impact. Le nombre d'abonnements bonifiés est faible, tant pour les véhicules électriques que pour les véhicules GPL. À l'inverse, l'utilisation de véhicules polluants ou puissants n'est fréquemment pas sanctionnée.Dans le même temps, on constate que les tarifs « résidents » bénéficient majoritairement à des véhicules de grosse cylindrée. Les tarifs « résidents » représentent une décote importante par rapport à la valeur locative réelle dans des quartiers de l'« hypercentre » où l'immobilier est cher. En raison de leur succès, ils peuvent conduire à limiter les possibilités d'accès au stationnement souterrain dans des quartiers aux capacités de stationnement en surface réduites. L'application du tarif « résidents » sans réservation favorise le remplissage des parcs, mais peut à la longue entraîner une forme de « privatisation » de fait des parcs publics, puisque les résidents qui utilisent très peu leur véhicule occupent durablement des emplacements, certes non réservés, mais qui deviennent indisponibles pour d'autres. Ce phénomène est déjà perceptible dans les parcs récemment renouvelés et dans lesquels les amodiations ont pris fin.Ces effets induits pourraient, à la longue, nuire à la lisibilité de la politique des collectivités territoriales.
Le développement du stationnement souterrain résidentiel en remplacement du stationnement de surface passe par une nouvelle tarification.

Les avantages d'une politique tarifaire favorisant la multimodalité

Le développement du stationnement souterrain résidentiel en remplacement du stationnement de surface passe par une nouvelle tarification, mieux adaptée à l'ambition large de la collectivité de réduire la place de la voiture en surface.Cette mutation profonde implique trois adaptations majeures :- Adapter les tarifs horaires à la congestion des parcs.La saturation de certains parcs entre 11h et 15h permettrait une majoration tarifaire, comme celle que pratiquent les sociétés d'autoroutes et des transporteurs publics pour réguler le trafic.La modulation des tarifs par plage horaire (plus chers en journée et/ou en semaine) mériterait d'être étudiée. Les parcs sont à certaines heures fréquentés par des usagers susceptibles d'accepter un tarif plus élevé compte tenu de leur usage pour affaires. Des tarifs plus bas pourraient être proposés aux « heures creuses » pour répondre aux besoins spécifiques des particuliers (commerce, tourisme) et aussi le week-end, en soirée et pendant les vacances.- Poursuivre la modulation des tarifs du stationnement de longue durée (abonnements, locations) sur la base de critères de développement durable.Des tarifs plus élevés pourraient être introduits pour les véhicules polluants sur la base des émissions de CO2, de la puissance fiscale ou de la taille de la voiture.- Inciter les résidents à stationner durablement leur véhicule dans des parcs souterrains en proposant des formules d'abonnement nettement avantageuses.Seuls des rabais très significatifs peuvent inciter les résidents à utiliser durablement les parcs publics. Au tarif actuel, les parcs sont peu attractifs, alors que le stationnement en surface pour les résidents est souvent quasi gratuit (moins d'1 euro par jour par mois).
Des tarifs plus élevés pourraient être introduits pour les véhicules polluants sur la base des émissions de CO2, de la puissance fiscale ou de la taille de la voiture.
D'autres sont sans solution de stationnement souterrain à proximité de leur domicile. L'enjeu est donc de parvenir à encourager les résidents, par une politique tarifaire attractive, à utiliser les capacités de stationnement existantes, donc à accepter de stationner leur véhicule à une certaine distance de leur domicile. Lorsque les résidents n'ont qu'un usage limité de leur véhicule, rien ne s'oppose à ce que celui-ci soit garé à distance de leur domicile dès lors que ce parc de remisage est relié au domicile par un moyen intermodal de déplacement comme le bus, le métro en ligne directe ou que l'usager peut utiliser, à des conditions privilégiées, un véhicule en location (de type Autolib). Il appartiendra aux opérateurs d'offrir d'autres services permettant à l'usager d'accéder aisément à son véhicule.Trois facteurs sont de nature à favoriser le succès de cette politique :- L'impact du prochain déploiement d'Autolib ou de solutions similaires va conduire à appréhender la voiture davantage comme un service et une alternative de transport que comme un bien personnel, et permettre de proposer aux résidents une offre adaptée pour leurs petits trajets.- L'offre d'un package « stationnement + services », associant le stationnement à un service (l'accès notamment à un véhicule en multimodalité), peut permettre l'amorçage du développement d'Autolib auprès des résidents possesseurs d'un véhicule personnel de plus grande capacité qu'ils utilisent rarement.- L'existence de capacités importantes et sous-utilisées de stationnement en sous-sol.Les parcs de l'« hypercentre », saturés en milieu de journée, sont le plus souvent vides la nuit. Ces parcs représentent de vastes capacités de stationnement de la partie « garages » (ou parc abonnés) sous-utilisées. De même, certains parcs de périphérie, publics ou privés (bailleurs sociaux) sont sous-utilisés.La mobilisation des capacités des parcs centraux des opérateurs en faveur des résidents permettra de démontrer que le stationnement à distance du domicile n'implique pas une offre de stationnement « au rabais ». Ce mouvement bénéficiera par la suite à la mobilisation des capacités de stationnement disponibles dans les parcs périphériques.L'augmentation des tarifs horaires de certains parcs pour les amener au niveau des tarifs du stationnement de surface permettrait de dégager les ressources nécessaires pour financer sans contribution publique supplémentaire, des places de stationnement à des abonnements à prix particulièrement avantageux réservés aux résidents. Ces nouveaux tarifs auraient vocation à attirer une clientèle stationnant actuellement en voirie.Ce transfert équivaut à la libération de places en voirie, actuellement occupées par du stationnement de surface, et qui pourrait être reconverties en espace public (hors stationnement). Non seulement toute une partie des ménages, habitant des zones moins bien dotées en parcs publics et stationnant actuellement sur voirie, serait rendue solvable, mais les recettes supplémentaires générées par ce stationnement seraient de nature à rendre possible la construction de nouveaux parcs destinés aux résidents, dans des quartiers où celle-ci est techniquement aisée.Trois conditions devraient être remplies :- Une augmentation tarifaire « horaire » des parcs de l'hypercentre (+20 %) pour les amener peu ou prou au niveau du tarif actuel de surface. Cette mesure se justifierait par la densité du réseau de transport public en hypercentre et des actions en faveur du développement durable.- La mise en place d'une interopérabilité de la facturation des abonnements entre les concessionnaires et l'harmonisation des services offerts aux résidents dans les parcs concédés.- La renégociation des contrats de DSP les plus anciens des parcs de l'hypercentre. Les hausses des tarifs horaires ne pourront s'opérer qu'à l'initiative de la puissance publique. Elles représenteraient, en effet, dans la situation actuelle, un avantage difficilement justifiable pour l'opérateur et doivent s'analyser comme une remise en question de l'équilibre financier de la DSP. La nouvelle politique tarifaire implique donc la renégociation des conditions financières des contrats de DSP des parcs les plus anciens de l'hypercentre, selon les principes de mutabilité.L'encouragement à l'intermodalité pourrait ainsi constituer le pivot d'une politique du stationnement active, utilisant à plein le levier de la politique tarifaire, dans laquelle les services deviendraient une composante essentielle de l'offre des opérateurs.La mise à disposition d'autres services à l'abonné reste à créer. Il s'agit par exemple de la mise à disposition sur demande du véhicule après nettoyage ou après réalisation du plein d'essence dans un parc à proximité du domicile alors que ce dernier est garé dans un parc plus excentré. De la même façon, des « tarifs de convivialité » pourraient être attachés à certains abonnements pour permettre le stationnement en soirée des amis en visite chez l'abonné ainsi que des tarifs « jeunes » ou « nuit » autour des lieux les plus festifs de la zone. Pour les clients « horaires », des services de type « valet » (existant aux USA) pourraient être proposés, sur le modèle des voituriers (réservation de places, etc.)Au total, la traduction de cette politique pour l'usager serait la suivante :- La création d'un tarif privilégié pour la majorité des résidents, utilisateurs occasionnels de leur véhicule s'ils acceptent de se garer à distance de leur domicile. Le stationnement mensuel serait associé à une palette de services visant à faciliter l'accès au véhicule par les transports en commun ou par Autolib (ou service similaire).- Le maintien du tarif résidents (stationnement à proximité du domicile) pour les usagers utilisant leur véhicule de manière quotidienne pour les déplacements domicile-travail pour un stationnement sur la plage 18h-9h et week-end. Ce tarif devrait être majoré en fonction de critères de développement durable. Le propriétaire d'un véhicule, qui ne répondrait pas à ces critères (véhicule polluant) et qui veut en disposer au pied de son domicile, devrait être disposé à en payer un prix proche de la valeur locative réelle du marché.- Une augmentation des tarifs d'abonnement (stationnement à proximité du domicile) lorsque le parc dont il est résident est saturé et que le résident souhaite néanmoins y disposer d'une place en journée.Il s'agit alors de procéder à un réexamen de la politique tarifaire de la collectivité territoriale et son orientation plus claire sur les notions de développement durable et d'intermodalité.

Éclairer mieux, nettoyer plus propre Les principales actions développées usuellement par les opérateurs en faveur du développement durable portent principalement sur les économies d'énergie et en particulier l'éclairage qui représente 90 % de l'énergie consommée dans un parc. • En matière d'éclairage, la fluorescence à ballast électronique de type T5 est l'une des technologies les plus performantes et peut être différenciée selon que les zones à éclairer sont celles relatives au stationnement, aux escaliers ou encore aux entrées et locaux, étant bien noté que les normes européennes prévoient 75 lux. • Mais, il ne faut pas non plus négliger le recours de façon systématique à l'utilisation de produits de nettoyage « verts » dans les parcs et assurer un suivi technologique des substances REACH (notamment pour les peintures dont l'objectif est d'atteindre 0 % de solvant pour 5 % actuellement). • Les opérateurs estiment également que le déploiement d'une carte de télépaiement autoroute et parkings de type « Liber't », le comptage à la place et le guidage sont des mesures en faveur de l'environnement car elles permettent de réduire les consommables (papier en particulier) ainsi que les attentes aux caisses moteur allumé. Pour les collectivités territoriales qui le souhaitent, il est souhaitable d'établir l'empreinte écologique des parcs à partir d'une étude de la consommation électrique des parcs, sur la base des relevés EDF. Il faut savoir que les consommations par parc peuvent varier dans une fourchette de 1 à 4. La dispersion tient pour l'essentiel aux caractéristiques des parcs, (coefficient énergétique plus fort pour les parcs horaires et moindre pour les parcs résidentiels). Le travail ainsi réalisé constitue une première étape de la définition d'une méthodologie de calcul de l'empreinte écologique des parcs et la fixation d'objectifs de progrès avec la collectivité. Tous les opérateurs du stationnement doivent être associés aux objectifs de développement durable qui ont été définis par les collectivités (notamment en matière de réduction de la consommation énergétique des parcs et de l'éclairage public). Enfin, la réduction de la saturation des parcs passe par la mise en place d'un guidage dynamique permettant une meilleure information en temps réel des automobilistes sur les disponibilités de places dans un secteur et le guidage vers le parc pouvant les accueillir.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

35  heures (voire moins), la lutte continue

35  heures (voire moins), la lutte continue

Plus que quelques mois pour apliquer les 1607 heurs effectives. L'État affiche sa fermeté, les collectivités cherchent des solutions… ou des échappatoires.Avec une date butoir fixée au 1er janvier prochain pour le « retour »...

22/10/2021 | Statut
Accès à la culture  : une idée belge

Accès à la culture  : une idée belge

Finances locales : le cœur des pleureuses donne de la voix

Finances locales : le cœur des pleureuses donne de la voix

Au sommaire de la Lettre du Cadre d'Octobre 2021

Infographie

Au sommaire de la Lettre du Cadre d'Octobre 2021

Plus d'articles