Vers une solution à l'amiable pour le financement du Centre hospitalier sud-francilien

La Rédaction

Sujets relatifs :

Le groupe Eiffage demande « plus de 100 millions d'euros supplémentaires » pour des modifications de travaux ordonnées sur cet établissement ultra-moderne de l'Essonne qui doit désormais ouvrir début 2012. Le géant du BTP a plaidé hier pour une « solution à l'amiable ». Le directeur du Centre hospitalier sud-francilien (CHSF) Alain Verret et le président du conseil de surveillance, le député-maire d'Evry Manuel Valls, avaient fait état le 30 juin dernier des nombreux « défauts de réalisation » qui ont empêché l'ouverture de ce bâtiment de 110 000 m² et plus d'un millier de lits, livré le 15 janvier, et qui devait initialement être utilisé dès le mois de juin.
Le conseil de surveillance du CHSF avait alors demandé à l'Etat de négocier avec le groupe Eiffage puisque « ce montage financier [un PPP, ndlr] a été voulu par les pouvoirs publics ».
Le directeur général d'Eiffage Pierre Berger a révélé hier que « des discussions ont commencé au début de l'été pour résoudre à l'amiable » le différent, une solution qui a sa préférence, « le plus tôt étant le mieux ». Un rapport préliminaire d'expertise, à la demande du Tribunal de Grande Instance de Paris, est « très encourageant » pour Eiffage, a affirmé M. Berger.
M. Berger à précisé jeudi que des travaux supplémentaires commandés par les pouvoirs publics avaient été livrés comme convenu le 15 août.
Le conseil de surveillance du CHSF avait également voté le 30 juin à l'unanimité une motion en faveur de la sortie du partenariat public-privé (PPP) par lequel a été construit le site unique de cet établissement. Interrogé sur cette demande, M. Berger a répondu : « On est ouvert ».
Source : AFP / La Quotidienne

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Interview

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Immense chantier à ciel ouvert, la rénovation urbaine poursuit sa route pour changer le cadre de vie des habitants des QPV. D’une certaine manière, elle a ouvert le chemin à la sobriété foncière et énergétique, assure Anne-Claire...

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Interview

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Les collectivités repensent les usages du cimetière 

Les collectivités repensent les usages du cimetière

Plus d'articles