Vieillissement actif : une proposition

La Rédaction

Sujets relatifs :

Chères amies, chers amis.
A la lecture des lignes ci dessous1 (recopiées pour ceux qui ne les auraient pas en mémoire), à propos « du vieillissement actif » je ne peux pas m'empêcher de vous faire connaître les réflexions qu'elles m'inspirent, vous faire une proposition.

Qu'entend-on par « vieillissement actif » ? : La notion de « vieillissement actif » désigne le fait de vieillir en bonne santé en conservant pleinement sa place dans la société, en restant épanoui dans sa vie professionnelle, autonome dans sa vie quotidienne et engagé en tant que citoyen. Peu importe l'âge ; chacun a un rôle à jouer dans la société et peut prétendre à une meilleure qualité de vie. Le défi consiste à tirer le meilleur parti de l'énorme potentiel que nous possédons tous, même à un âge avancé. L'année européenne 2012 vise à promouvoir le vieillissement actif dans trois domaines : L'emploi, participation dans la société, autonomie. Un petit développement est proposé pour ces trois domaines.

A la lecture
La santé nous connaissons tous des personnes, elles sont mêmes assez nombreuses, qui ne vieillissent pas en « bonne santé » : nos amis amiantés ou bronchiteux (soudeurs coques de navire) ; ceux qui développent des maladies du sang (activité nucléaire) ; ceux accidentés du travail ou de la route (je suis motard) ; ceux handicapés ou atteints de maladies orphelines, malignes et autres ; ceux encore traumatisés par des années de stress au travail durant leur carrière obligée... Je pourrais continuer vous le savez tous.

Toutes ces personnes ont le droit de vieillir et la société le devoir de les accompagner dans leurs difficultés si elles le souhaitent.

Conserver sa place dans la société. Quelle place ? Comment, avec qui, pourquoi... ? Questions d'autant plus importantes pour beaucoup d'entre nous, que les politiques de formation, celles sociales, économiques et culturelles ne favorisent pas toujours, ni de choisir, ni d'accéder à la place qui pourrait être souhaitée.

Quelle place pour ceux qui n'ont pas « une bonne santé » ?

Quelle place quand le monde du travail ne permet pas « d'apprendre tout au long de la carrière » car produire et éviter la perte d'emploi « usent » toutes les énergies ?

Quelle place quand les envies d'évolutions professionnelles créent la crainte, la peur, la défiance vis à vis d'un employeur, de la société ?...

La perte d'un emploi est un traumatisme et peut être une cause de rupture avec les proches, avec la société.

Quelle place lorsque nos enfants et petits-enfants peinent à trouver la leur ?

Epanouissement. « En restant épanoui dans sa vie professionnelle » !

Laquelle ? Celle de la carrière prolongée ? Ce serait un court terme.

Celle d'une nouvelle vie professionnelle faite « d'occupations » pour passer le temps ? Le risque est grand de s'enfermer sur ses seuls intérêts personnels : le club, l'association, la garde des petits-enfants, le jardin... .

Celle encore dans le travail «non déclaré » avec, là également, les risques et les contraintes, pour améliorer une pension insuffisante afin de vivre dignement ?

Pouvons-nous parler épanouissement sans vivre d'échanges réciproques avec les voisins ; sans pouvoir développer l'envie d'apprendre, de comprendre et de maîtriser nos environnements de proximité, ceux du « bout du monde » compte tenu des moyens d'information et de communication à notre disposition ?...

Pouvons-nous nous épanouir lorsque nos petits-enfants, malgré des études prolongées, ne trouvent pas l'adéquation entre leur formation reçue et les créations de postes de travail ?

L'autonomie de la vie quotidienne et l'engagement en tant que citoyen. Certaines personnes ne sont pas autonomes mais elles ont une très grande envie de vivre ; nombreuses sont celles engagées justement parce que leur manque d'autonomie les a rendu beaucoup plus conscientes du besoin d'énergie et de volonté pour ne pas s'abandonner.

Quelle autonomie pour ceux contraints au Resto du Coeur, au Secours populaire ou autres organisations malheureusement de plus en plus « indispensables » ?

Quelle autonomie pour les sans habitation, sans foyer humain, sans le respect et la compréhension des autres, ceux exclus ?

Peu importe l'âge, effectivement, mais nous ne pouvons plus ignorer que le déroulement de la carrière obligée conditionne en partie les possibilités de vie en situation de retraite et que, de celles-ci, dépendent le temps et les états du vieillissement !

L'énorme potentiel. Je vis le monde du travail et je me demande comment comprendre d'envisager le défi à tirer le meilleur parti de l'énorme potentiel que nous possédons tous, même à un âge avancé, alors qu'une majorité des travailleurs quinquagénaires actuels, exprime le souhait de quitter leur emploi pour une situation de retraité ?

S'ils ne sont pas retenus par « le potentiel d'ouverture personnelle et collective de leur travail », comment vont-ils « disposer » de ce potentiel lorsqu'ils seront en situation de retraite et plus tard « âgés » ?

J'ai d'autant plus de difficulté à comprendre que je me suis toujours passionné dans l'exercice de mes différents emplois.

En prenant en compte (rapidement) ces situations, il me semble difficile, que les politiques, sociales, économiques nationales et internationales actuelles puissent contribuer à une très franche amélioration dans des délais rapides.

Aussi, je suis persuadé que ce n'est qu'ensemble que nous pouvons répondre, construire une société civile capable de s'imposer pour un « vieillissement actif » ouvert à toutes et tous.

Proposition
Afin de participer avec le plus d'efficacité possible à « l'année 2012, année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations » ainsi qu'aux suivantes, je vous propose de partager mon travail de près de quinze années, depuis mon entrée en situation de retraite (1997), sur cet ensemble de questions, d'autres qui vous intéressent plus encore.

Je développe recherches et actions sur « l'élaboration du projet de retraite et la maîtrise du vieillissement » convaincu que trente, quarante années et plus d'espérance de vie après soixante ans, permettent d'envisager une nouvelle « carrière choisie, apprise, comprise capable de maintenir et de développer nos capacités et nos moyens physiques, intellectuels et mentaux afin d'aider à un vieillissement irrémédiable, le plus heureusement et le plus longtemps possible.

Le travail demeure un « outil universel » élément de base de la vie.

C'est la raison qui m'a fait le retenir comme « pivot » de mes réflexions et de mes actions.

En entrant en situation de retraite nous disposons de temps, nous sommes riches d'expériences parfois très mauvaises ; nous ne craignons plus de perdre un emploi et nous sommes assurés de notre pension, même si elle est modeste ; nous ne sommes plus soumis à une hiérarchie parfois déplaisante...., autant de richesses, de potentiels qui, mis à disposition de nos jeunes, leur permettraient de commencer leur carrière dans des conditions encourageantes.

C'est pourquoi je défends la mise en place d'un temps de formation ( j'ai pris quatre années), afin de re visiter nos acquis, nos expériences, nos savoir être et savoir-faire pour les transformer en « outils » capables de réaliser des échanges de savoirs avec la génération précédente et les trois ou quatre suivantes, dans la paix, le respect et la dignité, l'éthique et les responsabilités universelles, conditions essentielles et indispensables pour assurer notre vie à tous sur la planète.

Je ne suis pas assuré d'avoir raison. Votre aide m'est précieuse pour continuer mon travail de retraité professionnel, en qualité de chercheur autodidacte et artisan.

Je mène ce travail dans un partenariat avec la Fondation Charles Léopold Mayer et l'Association Old Up2 .


1http://europa.eu/ey2012/ey2012main.jsp?catId=971&langId=fr

2Association Old Up « Aînés demain » Pour un dispositif généralisé d'Education et de Formation Permanente destinée aux aînés. www.old-up.eu - contact@old-up.eu


Pierre Caro
retraité
chercheur autodidacte - artisan : retraite et vieillissement
L'association A6 est partenaire avec : La Fondation Charles Léopold Mayer - l'Ecole de la Paix - Old-Up - Colibris - Atd Quart Monde - Synergie

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

Sommée d'instaurer de vraies 35h ans ses services, la mairie de Paris doitt faire des contorsions pour ne pas fâcher ses agents. Quitte à fâcher la préfecture. Jusqu'où l'exercice est-il possible ?Comme toute collectivité, Paris...

24/08/2021 |
Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

Infographies

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

La grande peur de la fonctionnalisation

La grande peur de la fonctionnalisation

Plus d'articles