Vive l'impôt !

Nicolas Braemer

Sujets relatifs :

, ,
Vive l'impôt !

Vive l'impôt_58489977©Olivier Le Moal - Fotolia.com

© Olivier Le Moal - Fotolia.com

Les contempteurs de l'impôt sont légion. Mais ceux pour qui il est un instrument de justice sociale et de redistribution sont plus nombreux encore.
En ces époques où le ras-le-bol fiscal devient la nouvelle évidence des bienpensants, il est temps de réhabiliter l’impôt. Oui, l’impôt est bon, oui l’impôt est nécessaire, oui l’impôt est juste. Il l’est dans son principe, et il l’est, en ce qui concerne l’impôt sur le revenu, en réalité. Il est, même si les modalités pratiques laissent à désirer quant à l’efficacité de son effet redistributif, le moyen de faire davantage payer ceux qui ont davantage de revenus, pour financer un service public qui bénéficie à tout le monde. C’est en cela qu’il est juste.Le seul outil efficace de redistribution Il y aura toujours des gens qui pensent payer trop d’impôts. Mais il y en aura aussi malheureusement toujours qui n’en payent pas, parce que la faiblesse de leurs revenus les rend non imposables. Et malheureusement encore, il y aura toujours ceux qui n’en payent pas parce qu’ils pratiquent efficacement « l’optimisation fiscale ». Nous sommes dans une société qui crée et reproduit naturellement des inégalités économiques et de revenus. Dans ce contexte, l’impôt est le seul moyen efficace de faire de la redistribution. Reaganiens et Thatchériens expliquaient déjà dans les années quatre-vingt que l’enrichissement de quelques-uns tirerait immanquablement vers le haut les revenus des plus démunis. Nous savons au contraire que, sans mécanismes forts pour redresser la pente inégalitaire, les riches deviennent plus riches et les pauvres toujours plus pauvres. Au chapitre de ces mécanismes forts, figurent (entre autres) le SMIC, le RSA, l’assurance chômage… et l’impôt.Hommage à feu l'écotaxe Rappelons au passage que l’impôt est aussi un moyen d’orienter les politiques publiques. On peut donc en profiter pour rendre hommage à feu l’éco taxe. Elle était le moyen essentiel dont nous avions besoin pour enfin s’attaquer au « tout poids lourds » dans le transport des biens de consommation et pour lutter contre une pollution atmosphérique (merci le diesel) dont on verra dans les années qui viennent qu’elle est une vraie catastrophe sanitaire. Cela dit, il est temps de réformer la fiscalité. Au plan national, il faudra fusionner la CSG et l’impôt sur le revenu pour rendre progressives ensemble les deux principales contributions payées par les Français. Cet engagement de François Hollande mériterait d’être tenu.Au plan local, le chantier est tout aussi immense… et tout aussi impératif. Pendant des années, les gouvernements de gauche et de droite ont rivalisé de couardise sur le sujet : explosif, compliqué, impossible… tout était justifié pour s’abstenir de s’attaquer à ce point sensible. On ne peut donc que se réjouir d’entendre notre Premier ministre nous promettre haut et fort « la réforme fiscale ». Et se désoler qu’il doive ajouter tout bas qu’elle prendrait dix ans. ◆

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Éditorial : Après le congrès des maires : où en est la décentralisation ?

Éditorial : Après le congrès des maires : où en est la décentralisation ?

Devant les maires de France, pas contents mais c’est un grand classique, Emmanuel Macron semble avoir choisi et assumé un État déconcentré plus que décentralisé. Dont acte. Pouvons-nous lui suggérer d’aller jusqu’au bout de sa...

24/11/2021 | Décentralisation
L'oeil du DGS : "Inclusion, un mot que j'adore"

L'oeil du DGS : "Inclusion, un mot que j'adore"

Projet de loi 3DS  : une nouvelle étape de la décentralisation ?

Projet de loi 3DS  : une nouvelle étape de la décentralisation ?

L'œil de la DGS : "Mon métier expliqué à ma fille"

L'œil de la DGS : "Mon métier expliqué à ma fille"

Plus d'articles